forme-orange.png

2020

0001.jpg

"L’Utopie fonctionne à ciel ouvert"  Paul Ricoeur

Cinéma de l’utopie,
Utopie du cinéma

2020 une année bien singulière qui nous a contraintes à l’adaptation. Et si l’utopie n’est pas ce qui est irréalisable, mais ce qui n’est pas encore réalisé, on pourra dire que cette programmation en ligne porte en elle les germes d’élans résolument du côté de la vie.
Elle refait vivre des figures féminines résistantes depuis l’opposition au nazisme jusqu’aux combats actuels pour une société égalitaire et sans exclusion dans le film de Jo Schmeiser Moments Of Resistance. Cet écheveau de femmes, du passé et d’aujourd’hui, entoure aussi Anna, dans Gli appunti di Anna Azzori, uno specchio che viaggia nel tempo de Constanze Ruhm.
Elles inventent également comment vivre entre deux cultures, qu’elles soient Inuit dans le Grand Nord Canadien, près de La rivière sans repos de Marie-Hélène Cousineau et Madeline Ivalu, ou Ghanéenne en Israël, dans A Fish Tale de Emmanuelle Mayer.
Et si, parfois, la recherche de l’utopie est pétrie de désespoir comme l’incarne Tanger, le rêve des brûleurs de Leïla Kilani, elle peut également inventer un nouveau territoire, spatial celui-là, que nous présente The Lebanese Rocket Society de Joanna Hadjithomas et Khalil Joreige.
Ce territoire à inventer et à préserver est aussi celui de la littérature, des livres à sauver, comme le font les jeunes Syriens de Daraya, la bibliothèque sous les bombes, de Delphine Minoui et Bruno Joucla.
Enfin, le cinéma comme Utopie, comme espace de réalisation et de réconciliation avec soi, c’est celui de Chiara Malta dans Simple Women. C’est celui de cette jeune femme du Donbass en guerre, qui réussit à en faire son avenir artistique The Earth Is Blue Like An Orange, de Iryna Tsilyk.
Autant de raisons de croire en cette force de l’Utopie, des Femmes et du Cinéma !

REVUE DE PRESSE ici

12e Rencontres à Hyères - synthetic love, prix du public de Hyères en Courts

PROGRAMME ici

thumbnail_Prog FFM2020_Partenaires.jpg
00011.jpg

En partenariat avec l'Association Dante Alighiéri, Films Femmes Méditerranée a présenté du mercredi 14 au vendredi 16  octobre au cinéma Olbia 5 films : Mare d'Andrea Staka - The Perfect Candidate de Haïfa Al Masour - Simple Women de Chiara Malta - Mignonnes de Maïmouna Doucouré et Le Mariage de Verida de Michele Occhipinti

et Hyères en courts : une compétition de 5 courts métrages :

Chien bleu de Fanny Liatard et Jeremy Trouilh - Barakat de Marion namimour - Synthetic Love de Sarah Heitz de Chabaneix - Là où il est de Chloé Belloc et My name is Sonila de Suela Bako

Le programme

Ventilo

Le public de Hyères En Courts le 16 octobre a voté pour Synthetic love de Sarah Heitz de Chabaneix, produit par Tabo Tabo Films. Sarah Heitz de Chabaneix; la réalisatrice, remporte le Prix doté par la Ville de Hyères-Les- Palmiers.

Sarah Heitz de Chabaneix a réalisé plusieurs courts dont Les Murmures en 2015 et Les Trompes de ma mère en 2017, sélectionnés dans plusieurs festivals.

Amours synthetiques.jpg