top of page
logo-2022.png

Education à l'image, avec les jeunes du Micro-collège Pierre Puget

micro-collège.jpg

Dans le cadre du projet "Marseille en Grand", le Collège Puget est l'un des 24 établissements choisis pour bénéficier d’un programme innovant.

L'objectif ? Aider les jeunes en décrochage scolaire à se remettre à niveau tout en leur proposant des activités artistiques et culturelles.

Accompagnés par la réalisatrice Anaïs Baseilhac et deux membres de Films Femmes Méditerranée formées à l'éducation à l'image, les élèves travaillent sur la réalisation d’un court métrage sur le thème du sexisme et de l'égalité femmes-hommes.

Pour réaliser ce projet, nous avons visité plusieurs quartiers de Marseille afin de maximiser nos chances de rencontrer des personnes variées. Les élèves ont fait leurs premiers pas derrière la caméra en interviewant des passants et des personnes du collège à partir de questions élaborées ensemble abordant le sexisme et l'égalité femmes-hommes.

Ils ont aussi donné libre cours à leur créativité en capturant des scènes de la vie quotidienne.

Nous sommes fières du travail réalisé par les élèves ayant participé à ce projet et nous remercions chaleureusement celles et ceux qui ont rendu sa mise en œuvre possible, notamment la Délégation Départementale aux droits des Femmes et à l'Égalité, l’équipe du Collège Pierre Puget, Les têtes de l’art et la réalisatrice Anais Baiselhac. La restitution de ce travail aura lieu devant plusieurs classes du collège Puget le vendredi 7 juin. 

[Appel à projets - Journée Pro] 110 propositions !

Avec joie et une immense fierté nous annonçons que notre appel à projets a suscité un intérêt sans précédent, avec 110 propositions cinématographiques soumises par de jeunes réalisatrices talentueuses qui font leurs premiers pas dans le monde du cinéma ! C'est un honneur de voir tant de femmes audacieuses et déterminées à raconter des histoires qui résonnent avec authenticité. Vient maintenant l'étape difficile du choix par notre comité de sélection. Huit projets seront retenus.

Retour sur la leçon de cinéma d'Elene Naveriani

Elene Naveriani, réalisateur·ice géorgien.ne, était venu.e à nos 18° Rencontres de 2023, présenter son film Blackbir, Blackbird, Blackberry mais aussi donner sa leçons de cinéma, pour notre plus grand plaisir, au Vidéodrôme2 le vendredi 24 novembre. 

Né.e en 1985 à Tbilissi (Géorgie), Elene Naveriani étudie la peinture à l’académie d’État de Tbilissi, puis sort diplômé.e en Cinéma de la Haute École d’Art et de Design de Genève. Iel cofonde le collectif et la société de production Mishkin pour aborder les thèmes du genre et de la sexualité dans la société géorgienne.

Films Femmes Méditerranée s'expose sur UniversCiné ! 

universCiné.png

Désormais Films Femmes Méditerranée et la plateforme UniversCiné s'associent pour mettre en lumière le cinéma des réalisatrices méditerranéennes et la singularité de leurs écritures cinématographiques.

En attendant les 19èmes Rencontres qui auront lieu cette année du 30 novembre au 4 décembre 2024, vous pouvez dès aujourd’hui, y trouver une sélection des films qui ont fait l'histoire des Rencontres. Une occasion de (re)découvrir tout au long de l’année la richesse et la diversité de ces œuvres.

Lien vers UniversCiné

FFM A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN ! ADHÉSION 2024

adhésion.jpg

Les femmes sont de plus en plus nombreuses à faire des études de cinéma néanmoins elles restent minoritaires dans ce milieu. L'association Films Femmes Méditerranée, fondée à Marseille il y a 19 ans, s'est engagée à promouvoir le travail des réalisatrices du pourtour méditerranéen. Votre soutien est crucial pour nous permettre de poursuivre nos efforts, défendre ces artistes et diffuser leur cinéma.

Alors n'attendez plus et rejoignez- nous. Adhérez via helloasso 

ou par virement : bulletin d'adhésion 2024.

Captation de la leçon de cinéma d'Erige Sehiri

Erige Sehri réalisatrice.jpg

Films Femmes Méditerranée inaugure sa chaïne Youtube !

Nous publierons sur celle-ci les masterclass, tables rondes et temps forts de la vie de la structure.

Profitez dès maintenant de ce nouvel outil pour(re)découvrir la leçon de cinéma de Erige Sehiri, enregistrée lors des 17e rencontres, le 29 novembre 2022 au Vidéodrome 2.

Le film Sous les Figues d' Erige Sehiri, projeté pendant les Rencontres FFM de 2022, le 26 novembre  au cinéma Les Variétés lors de la séance d’ouverture, avait été suivi par la leçon de cinéma animée par la réalisatrice au Vidéodrôme oû elle évoque les conditions de sa création. Voici le lien de la captation de cette séance : https://youtu.be/hvRCutHyAPg.

Captation réalisée par l'Ecole Kourtrajmé Marseille.

Equipe - Etudiante Réalisation /Cadre/Montage : Sarah Masneri - Etudiant Son : Eddy Ladj - Encadrant Technique Réalisation - Marie Vinay - Encadrant Technique Cadre : Alexis Sandoval Camargo - Encadrante Technique Production : Anaïs Bremond

SOLIDARITÉ AVEC LES FEMMES ET LE PEUPLE IRANIEN EN SOULÈVEMENT

"Nous, producteur·rice·s, auteur·rice·s, réalisateur·rice·s, technicien·ne·s, comédien·ne·s, distributeur·rice·s, responsables de festivals et l’ensemble de l’industrie du cinéma français, souhaitons collectivement exprimer notre soutien aux femmes iraniennes qui luttent aujourd’hui pour leur liberté au péril de leur vie, et au peuple iranien qui soutient courageusement leur révolte.

Nous appelons tou·te·s celles et ceux qui s’insurgent contre l’assassinat de Mahsa Amini et la répression massive, brutale et meurtrière, ordonnée par les autorités iraniennes, à exprimer haut et fort leur solidarité à l’égard du peuple iranien.

Zan, Zendegi, Azadi. Femme, Vie, Liberté. Que les mots scandés par les Iraniennes, et repris par tou·te·s les manifestant·e·s, soient entendus. Qu’ils permettent de faire cesser une insoutenable coercition et ouvrent enfin la voie à une nouvelle ère en Iran, et partout où les femmes sont victimes de l’obscurantisme. Ce combat universel pour les femmes, pour la vie et pour la liberté est aussi le nôtre."

FEMMES AFGHANES, AU RISQUE DE LA LIBERTÉ :
TABLE RONDE FFM 2021

afganes.jpg

Pour ne pas les oublier, voici le lien de la vidéo, résultat de la captation de la table ronde "Femmes Afghanes, au risque de la liberté", réalisée le samedi 20 novembre 2021 par Alain Barlatier à la mairie du 1e et du 7e arrondissements de Marseille en ouverture de la 16e édition des rencontres Films Femmes Méditerranée.

Vous trouverez 7 capsules, correspondant aux moments forts des interventions des invitées de FFM.

Chaque capsule indépendante, porte le nom de l’intervenante principale.

Nous remercions toutes celles et ceux qui ont permis, par leur engagement, la réalisation de ce moment d’écoute et de partage.

Lien du visionnage.

DÉCLARATION COMMUNE DE TROIS ASSOCIATIONS IRANIENNES DE CINÉMA DOCUMENTAIRE

iranienes.jpg

Le 10 mai dernier au matin, au moins dix réalisatrices et réalisateurs de documentaire ont subi une perquisition à leur domicile ou leur bureau. Leur matériel – ordinateurs, disques durs, téléphones et autres outils de travail – ont été confisqués. Parmi elles et eux, deux réalisatrices, Mina Keshavarz et Firouzeh Khosravani, ont été arrêtées sans aucune explication officielle.

Ces derniers jours, sur le conseil de leurs avocats et de leurs familles, nous nous sommes gardés de toute réaction publique, ne serait-ce qu’en relayant des informations sur leur situation, afin d’éviter le risque d’y porter préjudice. Mais malgré les promesses, nous n’avons toujours aucune visibilité concernant la situation de nos collègues. Aucune explication officielle n’a été donnée sur les raisons de ces arrestations, ni sur la suite éventuelle de la procédure. Aujourd’hui, en tant que membres des bureaux de trois associations actives dans le cinéma documentaire iranien, et en vertu de nos responsabilités syndicales et associatives, nous demandons que soit énoncée clairement la raison de l’arrestation de nos collègues, et nous réclamons leur libération immédiate. Nous exigeons une procédure transparente, publique et la plus diligente possible.

COMMUNIQUÉ

Çiğdem Mater.jpg

Nous sommes très tristes et abasourdies d'apprendre le verdict du tribunal turc, condamnant Osman Kavala à la réclusion à perpétuité et sept autres membres d'Anadolu Kültür à 18 ans de réclusion.
Nous condamnons fermement ce verdict et sommes solidaires avec : Çiğdem Mater, Yiğit Ali Ekmekçi, Ali Hakan Altınay, Mine Özerden, Mücella Yapıcı, Tayfun Kahraman et Can Atalay.
Nous connaissions Çiğdem Mater (photo) car elle est la productrice de la réalisatrice Damla Yolac qui a participé à notre Atelier Pro et plus si affinités en 2019 avec son film Ne m'oublie pas.

Nous nous joignons aux appels de la Cour européenne des droits de l'homme pour une libération immédiate.

bottom of page